La quinzième assemblée générale annuelle de Transparency Maroc avait suivi de quelques jours l’interdiction par arrêté du Wali de Rabat de la cérémonie de remise du prix de l’Intégrité institué par notre association. Par cette décision qui avait été précédée de trois autres voies de fait similaires, les pouvoirs publics affichaient non seulement leur irrespect pour les libertés d’association et de réunion, mais également une attitude tendant davantage à entretenir l’impunité qu’à démasquer les auteurs de la corruption et à les poursuivre comme les y engagent leurs responsabilités. Cette atteinte flagrante aux libertés publiques n’était d’ailleurs pas isolée. La presse indépendante et d’autres ONG avaient également fait l’objet de décisions administratives et de poursuites abusives. Notre assemblée générale avait adopté des résolutions visant la ferme dénonciation de ces comportements et la constitution d’une alliance élargie au sein de la société civile pour la défense des libertés publiques. Les événements qui se sont produits au cours des semaines suivantes ont hissé cette aspiration au rang d’une revendication de masse en faveur du changement démocratique. Le mouvement qui s’était emparé de la Tunisie pour mettre fin à la captation de l’Etat par une oligarchie affairiste et asseoir la démocratie a très vite gagné d’autres pays de la région qui souffrent des mêmes maux. Dans près de 70 agglomérations du pays, les Marocains se sont ainsi donné rendez-vous le 20 février pour revendiquer de la même voix la fin de l’impunité et des conflits d’intérêts, l’éviction des figures marquantes de la corruption et de la dilapidation des biens publics, la séparation des pouvoirs, la réforme de la justice et l’avènement d’une démocratie véritable. L’année 2011 a été incontestablement celle d’une vague de fond de revendication démocratique dans notre région et celle de l’émergence d’une forte indignation citoyenne contre l’exclusion, l’impunité et la loi du plus fort. L’environnement tant interne qu’international de la lutte contre la corruption et plus généralement de l’action en faveur des droits fondamentaux et de la démocratie s’en est trouvé fortement modifié. Notre association se devait d’être à l’écoute de cette vox populi, d’apporter son soutien à un mouvement citoyen qui partage ses revendications principales et de mettre son action au niveau des attentes ainsi exprimées. Elle soumet à la présente assemblée générale une stratégie quinquennale par laquelle elle entend intégrer au mieux cette évolution.

actualités

agenda

Il n'y a pas évènements à venir en ce moment.

NOS PARTENAIRES